Mardi musical

Deux de mes groupes préférés, dont j’attends impatiemment des nouveautés, nous ont fait paraître de nouvelles chansons aujourd’hui. Vampire Weekend, groupe « indie » de New York, et Rilo Kiley, formation menée par la magnifique Jenny Lewis, nous ont fait cadeau de leurs plus récentes compositions en guise d’avant-goût de leur prochain album.

D’abord, le clip de Vampire Weekend. Le groupe n’a que deux albums complets à leur effectif, mais deux albums qui ont fait fureur dans le monde de la musique « indie ». Leur dernier album date de 2010.



Sur Les Inrocks, on trouve un deuxième clip d’une chanson qui sera vraisemblablement sur le même album.

Et, maintenant pour le clip de Rilo Kiley, un groupe pour qui le dernier album date de 2007. De mon côté, j’attends une nouveauté de Rilo Kiley depuis bien longtemps.

Ce qui se passe en Acadie (musique)

haybabies

Volé du statut Facebook de Carol Doucet, l’imprésario par excellence de la scène musicale acadienne :

Meilleure réponse ever de la part des Hay Babies à un Québécois qui leur demande : « Qu’est-ce qui se passe en ce moment en Acadie, c’est vraiment hot ce que vous faites ! » Et la réponse des filles : « Ça s’est toujours passé comme ça chez nous ; le reste du monde commence juste à s’en rendre compte maintenant ! »

Les débats sur la langue acadienne et le chiac ont fait rage cet automne, autant au Québec qu’en Acadie, grâce à la popularité des artistes acadiens Radio Radio et Lisa LeBlanc. C’est un faux débat et même si des tontons comme Christian Rioux ne démordent pas, d’autres, comme Pierre Harel, on vu la lumière du jour.

Je n’ai pas vraiment donné mon impression de cette l’affaire Christian Rioux, mais je me rapproche beaucoup de la pensée de Rémi Léger sur cette question : Traîner la culture acadienne dans la boue (Le Devoir)

Il y a aussi la merveilleuse réponse de la grande dame de la langue française, Antonine Maillet, aussi dans Le Devoir. Un extrait :

« La langue, amalgame de mots transmetteurs d’idées, d’images, de sensations, de désirs, de rêves audacieux mais toujours inassouvis, la langue qui nous distingue de tous les autres vivants, du lichen au chêne au chien savant, restera à jamais le don le plus imaginatif qu’un dieu farfelu et délirant pouvait inventer… puis nous confier à nous, les êtres parlants.

Si vous pensez que j’ai l’intention de m’en priver, de faire le bec fin sur mon héritage ! Surtout que le mien – et forcément le vôtre si vous me lisez – est descendu en droite ligne de la tour de Babel, a traversé des millénaires de turbulences, fut happé par divers courants-jets, pour aboutir dans les pales des éoliennes plantées dans la bonne terre rouge de l’Île-du-Prince-Édouard, mon voisin d’en face. »

Antonine Maillet est la preuve qu’il y a des choses qui se passent en Acadie depuis bien longtemps. Mais, elle n’est pas seule.

Retournons à nos moutons (ou, à nos brebis, en l’occurence!). Pour ceux qui ne les connaissent pas, Les Hay Babies est un trio à découvrir.

Musique – Mes coups de coeur pour 2012

banner_records

Voici, tout simplement, la liste des albums qui ont le plus tournés dans mes oreilles en 2012. Une douzaine en anglais et une demi-douzaine en français.

(Groupe/artiste – Titre)

Anglophone :

  • Half Moon Run – Dark Eyes
  • The Tallest Man On Earth – There’s No Leaving Now
  • The Sheepdogs – The Sheepdogs
  • First Aid Kit – The Lion’s Roar
  • Kathleen Edwards – Voyageur
  • Julie Doiron – So Many Days
  • Alabama Shakes – Boys & Girls
  • The Eastern Sea – Plague
  • The Gaslight Anthem – Handwritten
  • Jack White – Blunderbuss
  • The Avett Brothers – The Carpenter
  • The xx – Coexist

Francophone :

  • Lisa LeBlanc – Lisa LeBlanc
  • Pascal Lejeune – Le bruit des machines
  • Avec pas d’casque – Astronomie
  • Les Hay Babies – Folio EP
  • Bernard Adamus – No. 2
  • Marie-Pierre Arthur – Aux Alentours

Musique : Top Albums 2010

Sans tambour ni trompette, voici ma liste des 10 meilleurs albums de 2010 dans ma collection :

  1. Radio Radio – Belmundo Regal
  2. Vampire Weekend – Contra
  3. Sufjan Stevens – The Age Of Adz
  4. Karkwa – Les chemins de verre
  5. Mumford And Sons – Sigh No More
  6. The National – High Violet
  7. Arcade Fire – Suburbs
  8. Local Natives – Gorilla Manor
  9. MGMT – Congratulations
  10. Kings of Leon – Come Around Sundown

La Radio Radio

Le dernier disque du trio Hip Hop néo-écossais, Radio Radio, se trouve en magasin aujourd’hui. Pour les adeptes qui ont acheté le nouvel album via le site Internet du groupe, ils bénéficient déjà d’un excellent disque qui donne le goût de se déhancher. La critique, d’ailleurs, se fait élogieuse.

Le groupe était de passage sur le plateau de Tout le monde en parle dimanche (ce qui est tout un exploit!) et, comme ils le font avec leur musique, on su charmer Guy A., Dany, la foule et les téléspectateurs.

Ce qui m’a accroché, par contre, c’est la partie de l’entrevue qui portait sur leur « Acadienneté ». Comme beaucoup d’autres artistes de l’Acadie, on a tendance à leur étamper le drapeau acadien sur le front et les classer dans une catégorie à part. Il n’y a rien de mal avec cette identification, sauf que, parfois, ça peut peser lourd.

Les gars de Radio Radio, des fiers Acadiens de la Nouvelle-Écosse, ont, à mon avis, clairement fait savoir qu’ils ne nient aucunement leurs racines, mais que celles-ci ne doivent pas les emboîter. Tous les artistes de l’Acadie ne doivent pas nécessairement devenir les porte-étendards de la culture acadienne.

En Acadie, nous avons tendance à nous définir par notre histoire. Ce n’est pas, forcément, une mauvaise chose – c’est même très important – mais il ne faut pas le faire au détriment de l’épanouissement de l’Acadie moderne.

Le groupe Radio Radio a les pieds fermement plantés dans l’Acadie moderne et – Guess What? – c’est parfait comme ça!

The Raconteurs

Hier soir, j’ai assisté au show des Raconteurs au Metropolis et je me suis bien amusé. J’adore le groupe et, depuis la sortie de leur deuxième disque, Consolers of the Lonely, je ne peux m’arrêter de l’écouter.

D’abord je dois avouer que je suis un fan de Jack White. J’ai acheté tout ce qu’il a produit (en tant qu’artiste et en tant que producteur). Sa collaboration avec Loretta Lynn en 2004 a donné naissance a un des meilleurs albums des derniers 20 ans.

Le show d’hier soir était enlevant. Le groupe offre à ses fans une bonne dose de guitare électrique avec un à côté de distorsion. Ce n’est pas du Metal, mais plutôt du blues amplifié Très amplifié.

Voici une des tounes qu’ils ont joué hier soir.

Mes chansons préférées, par contre, sont celles qui sont un peu plus subtiles. La dernière toune de Consolers of the Lonely a été, pour moi, le clou du spectacle.

Voici une version live.