Le rejet de la science et de la raison

Récemment, la Ontario English Catholic Teachers Association a pétitionné pour faire arrêter l’installation de systèmes d’Internet sans fil dans les écoles, car ceux-ci posaient un risque potentiel sur la santé et la sécurité des élèves et du personnel.

L’association d’éducateurs, il faut le dire, s’en est pris à l’Internet sans fil en se basant sur des interprétations scientifiques douteuses et des arguments circulaires. Il y avait aussi dans leur argumentation, une bonne dose de colportage de rumeurs.

Le chroniqueur du Globe and Mail, André Picard, a habilement remis les pendules à l’heure dans ce dossier dans un texte plus tôt cette semaine. À lire.

Les phrases qui tuent :

« It is hard to imagine why the OECTA would produce such an intellectually dubious report, essentially aligning itself with fringe groups. No matter how well-intentioned, surely there are a lot more pressing and real health concerns in its schools like childhood obesity and ensuring kids have safe routes to school. »